Méthodologie pour le français

Le registre fantastique suggère des faits qui ne peuvent s’expliquer par les lois courantes.

Il est donc impossible pour le lecteur de savoir si ces faits sont de l’ordre du réel ou du surnaturel.

Ainsi Maupassant utilise des métaphores « je commençai à m’apercevoir comme à travers une nappe d’eau; il me semblait que cette eau glissait de gauche à droite… c’était comme la fin d’un éclipse ».

Le registre épique privilégie les procédés lexicaux (adverbes soulignant l’enchaînement des actions, des effet d’emphase), des procédés syntaxiques (phrases longues qui amplifient l’action représentée), des figures de styles.

Victor Hugo est un écrivain engagé qui écrit ses romans avec un registre épique qui amplifie les faits

Dans « Les Misérables »,

« à travers un nuage de mitraille crevant sur elle, l’épouvantable pente de boue du plateau de Mont Saint-Jean. »

Le registre lyrique est utilisé pour mettre en valeur les émotions.

Paul Verlaine est un poète reconnu pour son lyrisme.

Dans « Romances sans paroles »,

il écrit :

« Il pleure dans mon coeur »

« Comme il pleut sur la ville ; »

« Quelle est cette langueur »

« Qui pénètre dans mon coeur ? »

Cet article a été publié dans Education Formation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s