A l’échelle des hommes et de la Terre

Nous avons été créées pour nous multiplier sur cette Terre. L’enjeu démographique est donc pour résumer :

  • choisir ou renoncer à une concentration humaine le long des côtes près de l’eau à la source de nos civilisations
  • développer un environnement social harmonieux avec l’énergie de toutes et tous ou renoncer à notre développement croissant dans une transition démographique

En étant passé de 200 millions d’habitants sur Terre vers 500 après JC à 1 milliard de personnes vers 1800 après JC, les migrations humaines ont pris le chemin des villes et forgées des ports de transit. Cela est le propre de l’homo-sapiens et de ses ancêtres depuis ses premières migrations.

Aujourd’hui le nombre de centrales nucléaires dans le monde a pris de l’importance depuis la baisse du charbon aux USA en Europe et au Japon, et maintenant la raréfaction du pétrole.

Fukushima est une ville préfecture du Japon victime d’un séisme avec des répliques et d’un tsunami le 12 mars 2011, probablement le plus violent de l’histoire du Japon, et l’un des plus puissants séismes meurtriers jamais enregistré sur la planète pour les générations actuelles.

Il a entraîné une suite de grave accidents de refroidissement et de perte d’étanchéité de 2 réacteurs au moins parmi les 6 de la centrale nucléaire  de Fukushima Daïchi (accidents sur  R1 R2 R3 R4 selon les informations fournies par les autorités japonaises).

Malgré son nom de Fukushima qui vient du terme Fuku qui veut dire « Bonne Fortune » et du terme : Shima qui signifie « Ile » , les 300 000 habitants ont subis de graves malheurs en étant évacués dans des périmètres et des directions différentes, en séparant des personnes de leur famille . La peur est encore omniprésente chez les habitants et les réfugiés.

Information de la télévision japonaise :

Nous sommes de tout coeur avec les japonais qui vivent difficilement une telle situation aujourd’hui comme lors de la guerre avec les bombes sur Hiroshima, Nagasaki qui ont décidé l’arrêt de la fuite en avant guerrière en 1945.

Nous avons des hommages à leur rendre tout au long de notre présent, pour le courage, le calme dans la tempête, la dignité des  japonais face aux tremblement de la Terre, aux tsunamis, et aux radiations nucléaires.

Nous pourrons tirer des leçons de la façon dont les évènements sont survenus et les réactions de la population humaine.

« Une information insuffisante (sur les risques après un accident nucléaire) peut générer une tension telle qu’elle va détruire la santé de personnes soumises à des conditions extrêmes. Les autorités ne doivent pas cacher d’informations », a affirmé à l’AFP M. Valeri Krasnov, directeur d’un institut psychiatrique à Moscou.

Pour M. Krasnov, auteur d’un ouvrage intitulé « Problèmes psychiques et psychosomatiques chez les +liquidateurs+ de la catastrophe de Tchernobyl », l’idée que les autorités cachent une partie de la vérité « crée un sentiment de vulnérabilité dans la population qui se traduit par divers problèmes psychosomatiques ».

« Après la catastrophe de Tchernobyl, les +liquidateurs+ et leurs familles ne disposaient d’aucune information fiable. Le sentiment dominant était la peur. Ils ne savaient pas à quoi ils devaient s’attendre, eux et leurs proches », se souvient de son côté Tetiana Sochko, responsable d’un Centre psychologique chargé du suivi des victimes de Tchernobyl, dans la ville de Borodianka, près de Kiev, en Ukraine

Tokyo concentre en son coeur plus de 13 millions de personnes et tout autour plus de 30 millions d’habitants parmi les 127 millions d’habitants recensés au Japon en 2008 (2 millions de personnes recensées en activité venant d’autres pays).

Du Nord au Sud, les villes (Sapporo, Aomori, Akita, Morioka, Iwate, Sendaï, Yamagata, Fukushima Niigata, Tokyo, Chiba, Yokohama, Shizuoka, Gifu, Tsu, Nagoya Osaka, entre autres…) sont entourées de centrales nucléaires dont les 6 réacteurs de Fukushima pour permettre l’alimentation des foyers en électricité.

De nombreux japonais sont allés au Sud avec la générosité et la solidarité d’habitants plus au Sud par exemple des zones endommagées.

Merci à la générosité des êtres humains qui peuvent écouter cet appel à court terme.

Pour le présent, l’urgence est dans la résolution de la crise humanitaire.

Le nuage radioactif doit être suivi par des centres comme celui du Pacifique à Hawaï et l’Autorité de Sûreté Nucléaire, avec le CEA en France.

Shangaï se trouve à 1 600 kilomètres et Beijing (Pékin) à 2 000 kilomètres à l’ouest de Fukushima. Cela concerne donc l’humanité sur Terre. La Chine a d’ailleurs gelé les déploiements actuels de la technologie nucléaire pour intégrer les leçons futures.

Dans l’actualité, nous avons appris entre autres grâce à tous les médias dont Internet que les Etats-Unis ont plus de 100 centrales en tant que premier producteur, et en Europe les centrales seront aussi revisitées selon de nouvelles règlementations avec des pays comme l’Italie par exemple et 58 réacteurs répartis sur 19 sites en France pour le second producteur d’électricité d’origine nucléaire.

Si un réacteur est nécessaire pour faire vivre 1 million d’habitants de façon indépendante d’autres énergies fossiles, il est judicieux de répartir les réacteurs dans les pays maintenant le plus haut niveau de compétence technologique en supervision de ce type de centrale.

Les japonais de Tokyo éloignés de 200 kilomètres de Fukushima vont à Osaka par les transports en commun, à plus de 800 kilomètres de la source présente de radiation nucléaire.

Selon le bon sens oriental, nous avons donc à intégrer le nouveau fait qu’une population humaine ne veut pas vivre à moins de 300 kilomètres d’une centrale nucléaire pour éviter tout risque cancéreux associé à ce type de radiation par les nuages de vapeur emmenant des déchêts à plus haut taux de radioactivité en cas de catastrophe.

Notre attention est tournée pour l’instant vers les personnes en détresse dans ces zones urbaines endommagées par les tsunamis, où il est difficile de trouver de l’eau, des survivants parmi les décombres et sous les intempéries météorologiques.

Atryan

Cet article a été publié dans Actualité, Atryan, Health Santé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s